Hot Paradise

Are you on the list ?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comble de la soirée! [PV TAGADA]

Aller en bas 
AuteurMessage
Benjamin Hampton
LES CHAPEAUX NOUS COLLENT A LA PEAU*
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 27
Copyright : (c) Seven | Moi!
Love : Luna, i can't live without her.
Humeur : Happy, so GOoD
Date d'inscription : 17/03/2008

Hot Paradise
Song: Jonathan Rhys Meyers - This Time
Hot DESIRE:
80/100  (80/100)
Peoples:

MessageSujet: Comble de la soirée! [PV TAGADA]   Mer 19 Mar - 0:39

Il y a des jours, il ne vaudrait mieux pas se lever, car conscient de la journée qui nous attend, on commence par être têtu comme une mule à vouloir qu’elle se passe du mieux que l’on peut, mais parfois le concours de circonstances, fait que nous n’y pouvons vraiment rien, même si on persiste à vouloir démontrer le contraire. La vie n’est pas toujours rose, et il faut parfois en subir les conséquences. On croirait que je suis en train de vous raconter comment un homme, footballeur professionnel, et associé-chef d’entreprise, a perdu la vie dans un accident. Vous rigolez j’espère ? Ca n’est pas si grave ! Benjamin s’est tout simplement cassé le poignet. Oui bon d’accord, c’est douloureux, mais écoutez d’abord, comment s’est-il fracturé le poignet.

C’était dans la soirée, alors qu’il se trouvait dans un bar, simple, il buvait un verre avec des amis, sans attirer l’attention pour une fois, car quand on est footballeur célèbre on ne peut pas mettre un pied dehors, sans qu’on vous assaille et qu’on vous demande un autographe ou une photo, quand ce n’est que ça. Le bar était bondé, il discutait tranquillement, quand on vint lui tapoter l’épaule. Au départ, il ne s’en avisa pas. Mais ça devenait persistant, alors il se retourna, et l’alcool n’étant pas quelque chose qui arrange, il demanda agressivement :


« Quoi ? Qu’est ce que tu veux ? »

L’homme qui l’avait fait se retourner, le regardait méchamment, comme s’il avait quelque chose d’impardonnable. Ce type était grand, costaud, une casquette sur sa tête ronde, qui rendait le personnage ridicule plus qu’autre chose, un survêtement trop petit qui lui moulait son ventre graisseux, et une bouche désagréable, insultant le pauvre Benjamin.

« J’aime pas ta gueule, j’aime pas ton équipe, va te jeter ça vaut mieux pour le football, et ta mère c’est une Pu** tout le monde le sait ! »

Ce n’était pas tant les mots à son égard qui le gênait, car il en prenait plein la figure avec les journalistes à chaque fois, mais les propos sur sa mère étaient déplacés, offensants, et semblaient énerver le jeune Hampton, qu’on qualifiait de fils à maman. Benjamin était d’origine un garçon plutôt calme, mais allez savoir pourquoi, les circonstances faisaient qu’il s’était vexé. Il se leva d’un bond, approchant dangereusement sa tête de celle de cet homme empestant la friture, et il fronça les sourcils, la bouche serrée avant de l’ouvrir pour vérifier s’il avait bien entendu :

« Répètes- pour voir ! T’as dit quoi là ? Il me semble que je n’ai pas bien compris. »

Tombant dans le panneau, l’autre lui répéta tout ce qu’il avait dit, muni d’un sourire fier sur le visage, et ni une ni deux, il bouscula Ben, qui réagit très rapidement, quand il se sentit poussé en arrière, assignant un parfait coup de poing dans le nez de son interlocuteur, ce qui transforma une petite altercation en une bagarre générale, mais on les sépara très vite. L’homme saignait à flot, et Benjamin semblait se tenir le poignet qui avait tourné en frappant, parce qu’il avait rectifié la trajectoire pour mieux taper, alors qu’il était parti en arrière. Le poignet avait légèrement enflé, et tandis que le patron du bar gueulait, et voulait les faire sortir, l’un des amis de Benjy, lui conseilla d’aller à l’hôpital, il ne pouvait pas rester comme ça. Benjy bougonna, mais s’y rendit accompagné de son ami, qui l’y conduit, ne pouvant pas tourner le volant de la main droite, même gaucher, c’était dangereux, d’autant plus qu’il avait pris quelques verres. Ils ne tardèrent pas à arriver à l’hôpital, où son ami le laisser lui disant qu’il n’avait qu’à l’appeler dès qu’il serait sorti.

Benjamin se dirigea donc dans la salle d’attente, comme on lui avait indiqué. Il était tard, très tard, mais il allait attendre, avec son poignet qui était maintenant de la couleur de son t-shirt bleu marine, quasiment violet. Il s’installa alors sur un siège libre, qui était le seul. Il se trouvait en face d’une jeune fille du type espagnole, et il se trouvait entre un gamin, et un vieux, qui jetèrent en même temps, un regard intéressé au jeune Hampton. Le petit garçon commençait à le détailler. Il se demandait bien pourquoi, mais il remarqua le magazine que le petit garçon était en train de lire, et la page où il se trouvait. Il voyait une photo de lui, avec une interview. C’est alors que le petit garçon lui fit un large sourire, et il le lui rendit. Reportant son regard devant lui, il regarda un moment la jeune fille qui se trouvait pile poil en face de lui, avant de regarder en l’air, sa jambe bougeant frénétiquement d’impatience.

Toutes les personnes avant lui, passèrent sans problème, jusqu’à ce qu’il ne reste que la jeune femme, et lui dans la salle d’attente. Après tout ce temps d’attente, il se dit qu’un café lui ferait du bien. Se levant pour aller vers la machine à café, il mit une pièce, puis appuya sur expresso, puis sur sucre. Il revint ensuite s’asseoir, et à peine avait il posé ses fesses sur la chaise, que l’infirmière réapparut une énième fois, et cette fois-ci, alors qu’il croyait que la jeune femme allait passer puis ça serait son tour, elle prononça ces mots :


« Le docteur est parti en urgence, il ne reviendra que demain matin, vous pouvez partir ! »

Benjamin crut recevoir une gifle. Avait-il bien entendu ? Il jeta un coup d’œil à la jeune fille, avant de demander à l’infirmière se levant, interloqué.

« Excusez moi, il me semble que je n’ai pas bien compris ! Vous dites qu’on a attendu tout ce temps pour rien ? » L’infirmière acquiesça, et il soupira relevant les yeux au ciel :

« Vous n’allez pas me dire que si j’avais un œdème de Quincke vous m’auriez laissé en plan ? »

L’infirmière perdit patience, et lui dit de quitter l’hôpital, mais Benjamin refusa, disant qu’il resterait ici, jusqu’au retour du docteur, et l’infirmière repartit alors vers son bureau, en marmonnant. Quant à Benjy, il s'assit de nouveau sur son siège, dépité, et soupirant. Il regarda ensuite la jeune femme, et lui demanda:


"Ca vous énerve pas d'avoir attendu tout ce temps pour rien? Vous êtes là pour quoi au juste, si c'est pas indiscret?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comble de la soirée! [PV TAGADA]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée du vendredi 15 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 13 Aout 2010 chez Fouman
» Soirée du Vendredi 22 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 29 Octobre 2010
» [OPB] Des intéressés par une soirée règles dédiée aux joueurs compétitifs ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hot Paradise :: WALK ON THE STREET SUD :: • Kia Ora Hospital-
Sauter vers: